Droit au répit des aidants familiaux : toutes les informations à connaître

S’occuper des proches âgées, en situation de handicap ou qui souffrent d’une perte d’autonomie est, certes, une noble action. Cependant, force est de reconnaître que cela peut s’avérer fatiguant. À ce moment-là, il est alors nécessaire de se ressourcer et de prendre un peu de recul. Zoom sur les points essentiels à connaître sur les solutions de répit pour les aidants.

Les différentes formes du droit au répit

Le droit au répit des aidants familiaux se présente sous 3 formes :

  • L’accueil de la personne assistée au sein d’un accueil de jour ou de nuit ;
  • L’hébergement temporaire de la personne aidée dans des maisons de répit ou dans un accueil familial ;
  • Le relais d’assistance à domicile.

Il convient aussi de noter que depuis l’année 2020, le gouvernement français continue de mettre en place d’autres solutions d’accompagnement en vue de soutenir les proches aidants. Ces mesures se concrétisent notamment sous la forme d’un numéro de téléphone de soutien. Il y a également la création d’endroits d’accueil et d’hébergement labellisés « Je réponds aux aidants ».

Le gouvernement envisage même de créer une plateforme numérique qui répond au même label. Cette plateforme aura pour but de faciliter l’identification des différentes offres d’accompagnement disponibles sur le territoire français et devrait être opérationnelle d’ici l’année 2022.

En ce qui concerne le choix de la solution à adopter, cela dépend évidemment de plusieurs critères. On cite, entre autres, l’état de santé du proche aidé, les besoins de l’aidant, ainsi que les différents types de dispositifs d’aide disponibles à proximité.

Il faut savoir que le droit au répit a été mis en place à la suite de la loi d’adaptation de la société au vieillissement entrée en vigueur le 1er janvier 2016.

Les conditions d’éligibilité au droit au répit

Pour qu’un aidant familial puisse bénéficier de l’une des prestations de l’aide au répit, il doit remplir les conditions suivantes :

  • La personne assistée doit être bénéficiaire de l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie) ;
  • La présence du proche aidant, ainsi que l’aide qu’il fournit, doit être indispensable à la vie à domicile de la personne qu’il assiste ;
  • Le proche aidant ne peut pas être remplacé par une autre personne de son entourage pour assurer l’assistance.

À noter que selon la loi, est considéré comme étant un proche aidant toute personne ayant un lien étroit et stable avec la personne à assister. Il s’agit notamment d’un conjoint, d’un concubin, d’un parent, d’un ami, d’un voisin ou bien d’un partenaire avec lequel la personne aidée a conclu un pacte civil de solidarité. Aussi, l’aide apportée, qu’elle soit totale ou partielle, doit être fournie régulièrement et à titre non-professionnel.

L’importance du droit au répit

L’aide au répit des aidants familiaux a été mise en place afin de permettre à ces derniers :

  • De profiter d’un moment de répit dans leur quotidien mouvementé ;
  • De mieux se recentrer ;
  • D’avoir une vie sociale
  • De prendre soin d’eux.

En effet, le proche aidant doit être en possession de tous ses moyens physique et psychologique afin de mieux aider la personne qu’il assiste.

PARTAGER :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAF LOGO

En lien avec les articles que vous avez regardés :

Catégories
Rejoignez-nous sur facebook :
En plus

DERNIÈRES ACTUS