Violences conjugales : quelles sont les aides ?

Suite à la mise en place du confinement lié au Coronavirus, les autorités françaises ont constatées une augmentation du nombre de violences conjugales. Si vous êtes dans ce cas, vous devez savoir que vous n’êtes pas seule. Des aides sont disponibles pour vous sortir de cette situation au plus vite.

Aide : appeler Violences femmes info

Depuis l’annonce du confinement suite à la forte propagation du COVID-19, les violences conjugales ont augmentées de 32 %.

Même en cette période de confinement, il ne faut surtout pas rester seule face à cette situation. « En cas d’urgence, si cela vous est possible, essayez de vous isoler dans une pièce du logement, seule ou avec vos enfants, selon la menace », préconise Françoise Brié, directrice générale de la Fédération nationale Solidarité femmes.

En premier lieu, vous pouvez contacter Violences femmes info au numéro de téléphone 3919 (appel gratuit). Des personnes seront à votre écoute. Vous devez leur expliquer votre situation, vos angoisses, vos peurs,… Sachez qu’en aucun cas ces personnes ne vous jugeront. Elles sont là pour vous aider et vous accompagner pour gérer cette situation intolérable.

En cas de besoin, vous serez orienté vers un avocat ou un psychologue. Même avec le confinement, ceux-ci peuvent vous accueillir en visioconférence.

Vous pourrez demander (ou les conseillers vous le proposeront) d’être accueilli dans un centre spécialisé. Vous pourrez aussi entreprendre des démarches pour exclure la personne auteur des violences de votre domicile.

Un formulaire de contact est aussi disponible directement sur leur site Internet.

Nom de code en pharmacie

Cette situation est très complexe pour les femmes battues par leur mari. Pour les accompagner, une mesure spécifique a été prise par le gouvernement. Celle-ci permet aux femmes de signaler leur situation.

Si vous vous rendez en pharmacie avec votre agresseur (votre partenaire), vous devez demandé au pharmacien un « masque 19« . Ce nom de code permettra de l’informer tout de suite de votre situation. Il sera alors chargé d’appeler la police ou une association pour vous venir en aide tout de suite ou dans les heures qui suivent si vous laissez votre adresse.

Dès lors que la situation s’aggrave, n’hésitez pas à vous tourner vers des voisins de confiance ou appeler immédiatement la police en composant le 17.

Si l’auteur des violences quitte votre foyer, il devra vous verser une pension alimentaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *