Coronavirus : quelles sont les solutions proposées pour les salariés ?

Le président de la république Emmanuel Macron a annoncé des mesures fermes le 12 mars 2020 dont notamment la fermeture des écoles, des crèches et de l’ensemble des établissements scolaires. Vous trouverez ci-dessous toutes les solutions possibles pour les salariés du privé avec la propagation du CORONAVIRUS.

Parents d’enfants scolarisés : le télétravail

Vous avez des enfants actuellement scolarisés ou fréquentant une crèche ? Depuis le 16 mars 2020 et jusqu’à nouvel ordre, les enfants ne peuvent plus se rendre dans ces établissements. Cela signifie qu’ils doivent rester à la maison, sous votre surveillance.

Nous savons qu’il est très difficile voir même impossible de concilier télétravail et garde de vos enfants. Même si la télévision peut les occuper un petit moment, ce n’est pas du tout une bonne solution pour l’avenir de vos enfants et le développement de leur cerveau. Nous savons tous que la télévision a des effets très néfastes sur le développement cognitif des enfants et qu’elle doit être utilisée avec parcimonie.

Le télétravail est le choix à privilégier si bien sûr vos enfants sont grands ou si les grands-parents peuvent, dans un premier temps, les garder. Le peut être imposé par l’employeur par tout moyen (mail, sms).

Sinon, une autre solution s’offre à vous : un arrêt de travail peut être prescrit à vos salariés via le site de la CPAM. Avec cet arrêt de travail spécifique, il n’y a pas de jours de carence.

Attention toutefois : un seul parent peut bénéficier de l’arrêt de travail, même si vous avez plusieurs enfants.

L’arrêt de travail est possible d’être fractionné en remplissant une demande pour chacune des périodes d’arrêt.

Le chômage partiel

Le Coronavirus étant une circonstance de caractère exceptionnel permettant aux entreprises de placer leurs salariés en position d’activité partielle en cas de diminution ou suspension d’activité. On appelle cela le chômage partiel. Depuis le 15 mars 2020, de nombreuses sociétés ont déjà placés leurs salariés en chômage partiel :

  • restaurants,
  • boîtes de nuit,
  • bars,
  • magasins d’habillement, de bricolage, de décoration,

La demande d’activité partielle et donc de chômage technique est à réaliser sur le site internet : https://activitepartielle.emploi.gouv.fr/aparts/

Les dossiers seront traités sous les 48 heures au lieu des 15 jours habituels.

Pour les entreprises de 1 à 250 salariés, le montant par heure chômée de l’indemnité versée par l’état à l’entreprise passera de 7.74€ à 8.04€. L’effort de formation des salariés sera maintenu grâce à la mobilisation du fonds du FNE (fonds national de l’emploi) et les Opco (opérateurs de compétences).

Cette solution est à privilégier pour une baisse d’activité et/ou l’absence de vos salariés (combiné ou non avec du télétravail).

Il est important de savoir qu’au chômage partiel, vous ne toucherez malheureusement pas 100 % de votre salaire. Par contre, vous n’aurez plus de frais liés à votre emploi : essence, repas, ….

Salariés à risque : quelles sont les mesures à prendre par les employeurs ?

Si un de vos salariés a été en contact avec une personne infectée, voici les mesures recommandées :

  • désinfection, nettoyage des locaux.
  • pendant les 14 jours suivant le risque identifié, l’employeur doit réorganiser le ou les postes de travail après analyse des risques en privilégiant le télétravail. Il est fortement possible que l’entreprise soit obligée de fermer ses locaux.

Le salarié doit éviter les lieux stratégiques comme la cantine, l’ascenseur (contacts proches) voir les sorties ou réunions.P

Possibilité de maintien au domicile mais arrêt de travail uniquement dans certains cas.

Lorsque l’employeur ne peut adapter le poste du salarié en vue de limiter les contacts et si le télétravail n’est pas compatible avec l’activité, il peut demander au salarié de rester à son domicile.  Les salariés n’ayant pas d’un arrêt de travail et auxquels l’employeur demande de rester à leur domicile doivent continuer à être payés, sauf à imposer la prise de congés, de Rtt.

Pour l’instant l’arrêt de travail est prescrit uniquement au salarié identifié comme « cas à haut risque » par l’Autorité régionale de santé (ARS).

Dans tout autre cas, le salarié est tenu à bien respecter les mesures comme le lavage fréquent des mains, éviter les contacts proches,….

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 16 mars 2020

    […] télétravail et garde des enfants et donc posée. Sachez qu’un parent sur deux peut demander un arrêt de travail pour garder ses enfants. Cela peut permettre à l’autre parent de s’enfermer dans une pièce pour travailler […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *